Soutiens aux personnes déplacées au Burkina Faso

Soutient aux orphelins
Lancée il y a 12 jours

0

collecté avec 0 participant

Burkina Faso : les conditions de vie des personnes déplacées se dégradent avec l’escalade de violence et du Terrorisme 

Dans la région centre nord du Burkina Faso, le nombre de personnes déplacées en quête de sécurité a quasiment doublé pour atteindre le nombre de 386 000. Face à l’augmentation de l’insécurité et de la violence dans le pays, beaucoup se sont installées dans des zones isolées dans des abris de fortune, exposées à toutes sortes d’intempéries.

Les tentes et les structures d’urgence comme les latrines ne résistent pas aux intempéries. Les conditions de vie insalubres sur les sites de déplacés exposent les personnes aux maladies comme le paludisme, le choléra, la dysenterie, etc. Les enfants sont les plus particulièrement exposés.

De nombreux parents n’ont pas les moyens de payer une consultation médicale, ayant perdu toute source de revenus lorsqu’ils ont fui leur foyer. Pour Nabonswendé, beaucoup de gens s’endettent pour pouvoir accéder aux soins médicaux. « Quand nos enfants sont malades, il faut les amener à l’hôpital, même si cela implique de s’endetter parce que nous n’avons pas d’argent. » 

Le site de déplacés de Pissila. Deux enfants marchent devant les tentes du camp.

Depuis des femmes, des jeunes filles et des hommes d’un camp de déplacés internes de la région Centre-Nord du Burkina Faso participent à la confection de serviettes hygiéniques réutilisables pour les femmes. Une initiative qui permet de soulager, financièrement et psychologiquement, les usagères.

Dans un camp de personnes déplacées internes (PDI) à Kaya, au Burkina Faso, le 23 novembre 2020.

Pics de paludisme et de malnutrition en approche

Avec des déplacements d’une telle ampleur, combinés avec un surpeuplement des camps et un faible accès à l’eau et aux installations sanitaires médiocres, les conditions sont propices à la propagation de maladies. La saison des pluies au Burkina s’accompagne inexorablement d’une recrudescence du nombre de cas de paludisme à travers les eaux stagnantes favorisant la prolifération des moustiques. En 2019, le paludisme était la maladie la plus constatée chez nos patients de la région Centre-Nord. Cette année ne sera pas différente et 7 231 personnes atteintes du paludisme ont déjà été prises en charge.

La malnutrition est une autre menace sanitaire renforcée par la saison des pluies coïncidant avec la période de soudure saisonnière.

Quel que soit le montant, chacun peut participer à cette cagnotte. Pas besoin de créer un compte ou de s'inscrire, c'est rapide et les paiements par Carte Bancaire sont 100% sécurisés.

Si vous ne pouvez pas participer financièrement, partagez cette cagnotte autour de vous au maximum. MERCI !

Déjà 0 € collecté !

Soyez le TOUT premier à participer !
+ 0 €
  22 févr. 2024, 19h53
Votre nom ici
Effectuez la première participation sur cette cagnotte pour laisser un message dans cet encart et pourquoi pas, motiver d'autres à participer ! (facultatif)
logo cotizup

Qui refuse encore de bons cookies 🍪 en ?

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience de visite, vous proposer des contenus personnalisés, développer nos services et mesurer notre audience. Vous pouvez accepter ou refuser ces cookies.

logo cotizup