Aidez Alexandra Richard à obtenir justice !

Les effrontées
Lancée le 29 oct. 2021

4 129

collectés sur 9 000 €

46% atteint avec 169 participants

Alexandra Richard s’est défendue devant les menaces de mort de son conjoint qui la battait et la violait depuis des années. Ce jour-là, terrorisée devant le regard de Sébastien Gest, incontrôlable quand il avait bu, elle a pris son fusil de balle-trappe, discipline dans laquelle elle était débutante. Elle voulait seulement le dissuader de la tuer. Elle n’a même pas fermé le fusil ! C’est lui qui, en attrapant le canon, l’a refermé du même coup, mécaniquement. Et le coup est parti.

Elle a été condamnée à 10 ans de prison ferme, le 23 octobre 2021, à l'issue de son procès en appel, pour homicide volontaire. Elle a également été condamnée à payer des centaines de milliers d’euros aux parents de son bourreau (comme en première instance).

Une fois de plus, une femme victime de violences conjugales est renvoyée derrière les barreaux d'une prison, loin de ses enfants, pour avoir voulu se défendre de son conjoint, pour avoir pris au sérieux les menaces de mort de celui qui à 19 ans, avait déjà tiré sur un homme, et qui devenait enragé dès qu’il avait bu.

Son petit dernier, Jessy, 6 ans, ne voit sa mère qu’une heure par semaine à un parloir, comme ses deux autres filles, Abigaelle et Enola, 16 et 19 ans, et ce depuis déjà deux ans.

Une fois de plus, cette “justice” est inhumaine : la peine de 10 ans entrainant une peine de sûreté d’au moins 5 ans, sans aménagement de peine possible, est particulièrement cruelle.

Nous avons suivi le procès : tous les éléments objectifs démontraient de manière évidente une scène de légitime défense, et un coup de fusil parti de façon accidentelle.

Alexandra a été bafouée une fois de plus pendant ce procès, sa parole niée. Elle s'est mise à nue devant tout une Cour de justice pour décrire toutes les violences qu'elle avait vécues, les viols, les coups, les menaces de mort la visant elle ou ses enfants, durant 3 ans. Et comme une majorité de femmes victimes de violences, on ne l'a pas crue. On a parlé de "surenchère". On a minimisé la dangerosité et la violence de son conjoint, aux fins de discréditer la thèse de la légitime défense.

LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D'AUDIENCE pour plus de précisions sur les faits et sur le déroulement de ce procès.

La lutte contre les violences faites aux femmes a été érigée en soi-disant "grande cause nationale". Pourtant, en 2021, on refuse toujours aux femmes de se défendre, au risque d'y laisser leur vie. Aurait-elle dû être la 128ème femme victime de féminicide en 2016 pour être crue ? Pour être perçue comme "la bonne victime", celle qui est morte ? Pour que Sébastien Gest soit enfin perçu comme l'homme qu'il était, soit un homme capable de tuer ?

Alexandra Richard s’est pourvue en Cassation, sur le conseil de ses avocat-es : en effet, la négation des violences subies par Alexandra et du haut degré d'alcoolisation (1,74 grammes) de son compagnon au moment des faits, soit deux éléments clairement établis et pourtant absents de la feuille de motivation rendue par la Cour à l'appui du verdict, suffirait à caractériser un déni de justice.

LE POURVOI A ÉTÉ ADMIS PAR LA COUR DE CASSATION !

Des questions inédites seront posées telle la légitime défense des femmes victimes de violences conjugales (seules 3 femmes en France ont été acquittées pour légitime défense, dont Adriana Sampaio en 2020, défendue par les mêmes avocat-es qu’Alexandra aujourd’hui). Le combat d’Alexandra est celui de toutes les femmes !

C'est donc un nouvel espoir pour Alexandra Richard, car selon la décision de la Cour de Cassation, il pourrait y avoir une nouvelle audience et un nouveau jugement !

Une 7ème demande de remise en liberté, dans l'attente du pourvoi, sera examinée le 6 juillet prochain.

Toutes les précédentes demandes de remises en liberté sous contrôle judiciaire ont été refusées, alors qu’Alexandra Richard ne représente aucun danger pour la société, comme en attestent les expertises psychiatriques. Il s’agit d’un véritable acharnement de la justice.

LIRE NOTRE TRIBUNE

Pour être en capacité de financer ces démarches, les associations de soutien d'Alexandra Richard ont besoin de la solidarité de tou-tes.

Grâce à vos premiers dons, nous avons été en mesure de payer la première partie des honoraires du pourvoi en Cassation.

IL NOUS MANQUE ENCORE CEPENDANT UNE GRANDE PARTIE DU MONTANT REQUIS.

Continuons ! Battons-nous jusqu'au bout pour Alexandra !

Posté le 01 juil. 2022, 19h11

Chè-res donateurs et donatrices, nous vous remercions de votre solidarité avec Alexandra.

SACHEZ QUE SON POURVOI A ÉTÉ ADMIS PAR LA COUR DE CASSATION !

Des questions inédites seront posées telle la légitime défense des femmes victimes de violences conjugales (seules 3 femmes en France ont été acquittées pour légitime défense, dont Adriana Sampaio en 2020, défendue par les mêmes avocat-es qu’Alexandra aujourd’hui). Le combat d’Alexandra est celui de toutes les femmes !

C'est donc un nouvel espoir pour Alexandra Richard, car selon la décision de la Cour de Cassation, il pourrait y avoir une nouvelle audience et un nouveau jugement !

Une 7ème demande de remise en liberté, dans l'attente du pourvoi, sera par ailleurs examinée le 6 juillet prochain.
 

NOUVELLE ÉTAPE DANS LA CAMPAGNE DE SOUTIEN :

Vous avez la possibilité d'aider encore Alexandra en écrivant au Président Macron et au Ministre de la Justice, il vous suffit de suivre les consignes en vous rendant sur ce lien !

Encore 4 856 € à collecter !
Déjà 170 participants, rejoignez-les !
+ 20 €
Le 05 juil. 2022
par Laetitia D
Bon courage. J'essaierais de refaire un don un peu plus tard aussi.
+ 10 €
Le 21 juin 2022
par un anonyme
Tenez bon ! Et bonne continuation ;))
+ 40 €
Le 16 juin 2022
par Marie Helene Garnot
privé
Le 13 juin 2022
par Bredoux Camille
+ 30 €
Le 13 juin 2022
par Lautrec Florence
Une petite contribution pour dire à Alexandra qu'on est nombreux·ses à la soutenir. Bon courage, ne lâchez pas.
+ 20 €
Le 07 juin 2022
par Patrick Rogeon
Bon courage

Veuillez patienter...
Afficher plus de participants